octobre 29, 2008

Caliméro semble avoir trouvé le gîte chez une canne boiteuse. Joli couple à venir.
Stone se met aux mets de Maitre corbeau.
Charden sombre dans l’obscurité, pratique les messes noires de Marie-Jeanne.
O.F. sorti à la hâte d’un repas de chez Kimberlayyy se rend compte qu’il est fou amoureux des seins légendaires de flip flop.
Ecourtement dudit repas suite à une nouvelle urgence pour le doc, d’origine orthodontique.
V.P. et fint sont en virée dans le centre. Heure de réintégration du foyer non communiquée.

news du 28 octobre 2008

octobre 28, 2008

Massacre annoncé de Caliméro pour des raisons encore obscures. Nous en serons surement plus demain.
De plus, Caliméro s’est plaint de Fink et menace de lui casser la figure pour une sombre histoire de matériel hifi.
Il aurait aussi tenu des propos diffamatoires à propos de kimberlayyy et Fink.
Fink en colère prévoit de clouer le bec du canard boiteux.
P.V. tente de l’en dissuader en vain, mais Fink semble déterminé.

Heureuse nouvelle en ce jour bénit des Dieux :

Stone attend un heureux évènement. Charden semble aux anges, tout comme ********.

Stone après de multiples querelles au cours de ces dernières semaines avec ********* semble s’être résolue à se séparer d’elle en la mettant tout simplement dehors.

Heureusement un généreux passant l’a aidé à réintégrer son foyer.

La vengeance s’annonce terrible.

Le canard et les teuffeurs

octobre 28, 2008

Le canard ayant vendangé
Cinq journées
Se trouva fort dépourvu
Quand la merde fut venue :
Pas un seul petit euro
Pour l’huissier ou le proprio
Il erra dans la cité crier famine

auprès de copains et copines
Les priant de lui prêter
Quelque denier pour subsister
jusqu’à la galère prochaine.
je vous paierai leur dit il
avant le nouvel an promesse
Et si t’y crois, t’es qu’une biesse !

Le teuffeur n’est pas prêteur,
c’est n’est pas là son moindre défaut.
Qu’avez vous fait de votre magot ?
Dit-il à ce canard boiteux squatteur


D’Hotton à Lyon
Je glandais, ne vous déplaise.
Vous glandiez ? j’en suis fort aise,
Eh bien ! pleurez maintenant